24 heures de St-Fons, suite et fin…

Comme dirait l’autre, ça c’est fait…

Mais le résultat n’est pas à la hauteur de ce que j’espérais.

En fait, sur l’épreuve, l’antichambre des 6 jours d’Antibes comme dirait Marc Etiemble, j’ai croisé de nombreuses connaissances.
Le temps n’était pas trop désagréable (pas de chaleur, pas de fortes pluies, une fraîcheur intéressante).

Matériel installé, alimentation placée sur la table des ravitos, tenue ok et l’on attend le départ.

A 10h et deux/trois minutes, le top est donné.
Sur l’épreuve, j’avais décidé de courir avec les Saucony Guide 5 avec lesquelles j’avais de bonne sensations.

Donc, top départ donné : tout se déroule parfaitement bien. Je cale mon allure sur 10 km/h environ et cela tourne rond.
Assez rapidement, je me place en 6ème position et les tours défilent.
Au 40ème tour (donc 40 km sur St-Fons), je commence à ressentir des tensions désagréables au gros orteil, à chaque pied. Le droit m’avait déjà ennuyé sur plus d’un entraînement, mais le gauche pas vraiment.

Je persiste mais je commence réellement à avoir mal. Au kilomètre 60, je stoppe et me rends auprès d’un ostéo présent (qui courra le 12h). Il commence à me triturer les pieds et me fait limite hurler de douleur quand il m’appuie sous les gros orteils. Un massage transversal profond qui me tord de douleur mais je pense à Daniel Barefoot runner qui indique sur son blog qu’il faut avoir mal… pour ne plus rien sentir ultérieurement.

Verdict de l’ostéo : problème d’appuis et douleur de l’aponévrose plantaire sur l’avant. Une visite chez un podologue s’impose afin de régler ce problème.

D’ailleurs, je me demande si la course sur l’avant-pied n’est pas à l’origine de ce mal et d’une petite tension au tendon d’Achille droit ?
L’aponévrose, trop sollicitée et peu reposée par la position du pied m’indique de manière franche et directe d’arrêter mes conneries.
J’obtempère donc.
Depuis St-Fons, j’ai repris une course “traditionnelle”, une attaque par le talon.
La douleur s’est estompée au pied gauche. Elle est surtout perceptible à droite, au bout d’un bon moment (aujourd’hui, au bout de 1h20 de course). J’ai d’ailleurs le gros orteils un peu sensible après la séance.

Bref, je doute de tout et surtout de tout… Quelle est la bonne manière de courir, that is the question ?

D’ici une semaine, je verrai un podologue du sport recommandé par Fabien Antolinos (du team Running Conseil 1er de l’éco trail de Paris 80km en 2011 et 3ème de la même épreuve en 2012 et surtout vice champion de France TTN long en 2011). J’espère qu’il fera des miracles car les autres podologues vus (en 2009 – 2010) me m’ont rien apporté (si ce n’est un découvert bancaire, vu le prix des semelles…).

Pour terminer sur St-Fons, il y a eu beaucoup d’arrêts : Maria Pierre, Marc Etiemble, etc…

Ce n’était pas le jour pour de nombreux coureurs…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *